funambule entre 2 montagnes

Pourquoi (et comment !) clarifier ce qui nous freine ?

 

L’une des questions les plus importantes lorsqu’il s’agit d’améliorer ses performances ou ses circonstances dans à peu près n’importe quel domaine de la vie : Que se passe-t-il réellement, qu’est-ce qui nous motive à faire ceci ou à ne pas faire cela ? Quelles opportunités se cachent dans ce qui nous effraie ?

Ces questions fondamentales ont été posées par nombre de chercheurs aux cours des siècles. Tim Ferris nous rappelle dans cette vidéo que des réponses, proposées par les anciens, testées et éprouvées depuis quelques millénaires nous sont accessibles.

Nous pensons souvent à nous tourner vers l’Orient face à ce genre de question. Je trouve intéressant de se voir rappeler que des concepts similaires ont également été développés par des cultures très proches de la notre.

 

“ Nous souffrons plus souvent de notre imagination que de la réalité. “ – Sénèque –

 

Cette idée centrale du Stoïcisme a en réalité été exprimée à de nombreuses reprises aux cours de l’histoire, de différentes façons, dans différentes cultures. Et, comme le rappelle Tim Ferris,  cette approche a été adoptée avec succès par nombre d’hommes et de femmes d’action, connus ou anonymes.

 

funambule entre 2 montagnesAlors qu’est ce que ça veut dire concrètement ? Notre perception des choses n’est pas la réalité. Notre perception des choses est filtrée, déformée par des conditionnements,  des peurs et autres idées préconçues. Le fait est que la plupart de ces “épouvantails” n’ont de prise sur nous que parce que nous n’en sommes pas réellement conscients. Et même lorsque nous croyons l’être, si nous continuons à en subir les effets, c’est, au minimum, que nous n’abordons pas le sujet par le bon angle. Nous laissons peut-être de côté certains aspects essentiels. Peut-être aussi ne réalisons nous pas ce qui est réellement à la source de notre ressenti…

Dans tous les cas, tant que nous ne sommes pas libre d’agir, ou de ne rien faire en étant parfaitement paisible : Nous manquons de clarté. Il n’est pas toujours évident de réaliser à quel point nous manquons de clarté. Ce n’est réellement qu’en en faisant directement l’expérience, en gagnant concrètement en clarté et en en constatant les effets, que nous pouvons commencer à en prendre la mesure.

 

Alors, pour en faire l’expérience, je vous propose de mettre en application la méthode recommandée par TIm Ferris dans la vidéo accompagnant cet article.  Pour des raisons pratiques en voici une transcription écrite :

 

Etape 1 : Choisissez une situation qui vous préoccupe et vis-à-vis de laquelle vous hésitez à faire ou à ne pas faire quelque chose. Par exemple, créer votre société, investir, vous lancer dans une nouvelle aventure, démarrer ou mettre un terme à une relation, etc…

Partez du postulat suivant  : “Et si je … “

Par exemple : “Et si je créais cette société”,  “Et si j’investissais dans cette affaire”, “Et si je me lançais dans cette aventure”, ou encore “Et si je mettais un terme à cette relation”, …

Pour aller au bout de cette étape, prenez une feuille de papier dans la largeur (“en “paysage”) et inscrivez en haut l’hypothèse que vous avez choisi (“Et si je …”). Formez ensuite trois colonnes.

  • Dans la première, décrivez brièvement ce qui pourrait se passer si vous passiez à l’acte. Vous pouvez être très succinct mais soyez clair sur ce que vous craignez voir se produire. Inscrivez entre dix et vingt éléments différents selon votre inspiration. Soyez certains de bien y inscrire tout ce que vous craignez qu’il se produise, ou en tout cas ce que vous craignez le plus, le pire scénario. Prenez votre temps, n’hésitez pas à y revenir plusieurs fois si nécessaire.
  • Dans la deuxième colonne, inscrivez ce que vous pourriez faire en prévention. Ce que vous pourriez faire pour empêcher chacune de ces éventualités de se produire, ou au moins pour en limiter la probabilité.
  • Dans la troisième colonne, inscrivez ce que vous pourriez faire pour réparer les dommages causés par chacune de ces éventualités, si elles venaient à se produire. Vous pouvez également y indiquer la ou les personnes vers lesquelles vous pourriez vous tourner pour trouver de l’aide.

 

Une idée clé à garder à l’esprit pendant cette première partie du processus : “Est-ce que d’autre que moi, peut-être moins motivés ou moins intelligents, ont déjà réussi à se sortir de situations semblables ?” Il y a de grandes chances que oui…

 

Etape 2 : Sur la deuxième page, inscrivez quels pourraient être les bénéfices, les conséquences positives si vous agissez, même si le succès n’est que partiel. Explorez toutes les possibilités, dans tous les domaines. Soyez créatifs mais restez volontairement conservateurs, soyez réaliste, pas d’excès d’enthousiasme…

 

Etape 3 : Sur la troisième page, inscrivez ce qui se passerait si vous ne faisiez rien. Quelles seraient les conséquences de l’inaction. Envisagez ce qui se passerait dans les six mois, un an ou trois ans. Au delà, la projection peut facilement devenir abstraite… Il ne s’agit néanmoins pas d’une règle absolue, en fonction de votre situation vous pourriez choisir d’envisager aussi des conséquences à plus long terme. L’idée est que cela doit rester clair et que les choses doivent vous venir le plus spontanément possible. Surtout soyez précis, rentrez dans les détails et envisagez ces conséquences dans tous les domaines :

  • Émotionnel
  • Financier
  • Relationnels
  • Santé
  • Confiance en vous
  • Savoir faire
  • etc…

 

Vous pourrez ainsi dégager une image plus claire des dangers encourus si vous agissez et de votre réelle capacité à les anticiper ou à vous y adapter. Vous aurez également une idée plus claire des potentiels bénéfices. Vous pourrez donc faire la balance, peser le “pour” et le “contre” de façon beaucoup plus claire et fiable.

Il s’agit d’un exercice que vous gagnerez à faire et à refaire, au moins une fois tous les trimestres. Vous changerez ainsi progressivement votre approche vis-à-vis des situations, et autres prises de décision, perçues comme problématiques ou complexes, impliquant de la peur liée à de possibles conséquences.

 

Pic Article Tim Ferris - Porche

 

“Easy choices, hard life. Hard choices, easy life. (Faites des choix faciles, vous aurez une vie difficile. Faites des choix difficiles, vous aurez une vie facile)” – Jerzy Gregorek –

 

Cette démarche, au demeurant très simple, peut suffire à vous aider à sortir de situations qui paraissent inextricables. La clé est de réellement jouer le jeu, de prendre le temps de le faire en restant le plus factuel possible. Ne vous laissez pas “hypnotiser” par la situation. Ne vous laissez pas aller à la dramatisation et ne fuyez pas non plus. Soyez clair, précis et concis.

Nous ne sommes jamais assez clair sur ce que nous ressentons réellement et cette recherche de clarté ne nécessite pas de “disserter” sur le sujet. Quelques questions clés, quelques réponses précises, un peu de recul, et “le tour est joué”…

Si toutefois vous n’arrivez pas à faire l’exercice, que vous vous sentez bloqués, n’arrivez pas clarifiez vos idées ou ce que vous ressentez, référez vous à l’un des articles publiés précédemment : “TFT – Se libérer des émotions négatives liées à un traumatisme“, “Penser avec tout son corps” ou “L’incroyable pouvoir de l’observation passive et consciente“. Utilisez les techniques qui y sont décrites et revenez ensuite sur l’exercice du présent article.

Je souscrit totalement à la conclusion de Tim Ferris :

“Dans certaines situations, définir nos peurs peut s’avérer plus important que de définir nos objectifs.” – Tim Ferris –

 

Faites en l’expérience et surtout n’hésitez pas à nous faire part de vos questions ou observations.

 

>