Introduction à la pleine conscience

Introduction à la Présence – partie 1

La capacité à être Présent, « Ici et Maintenant », est considérée comme un élément essentiel de la démarche spirituelle, depuis la nuit des temps.

Il s’agit de l’un des sujets sur lesquels les sages de tous horizons s’accordent de façon unanime. Il ne peut tout simplement pas y avoir de réelle conscience ni d’évolution véritable de la Conscience humaine en dehors de cet instant précis, du moment présent. Il est intéressant de noter qu’il s’agit également d’une caractéristique commune à presque tous les sportifs ou artistes de haut niveau ! Qu’ils soient samouraïs ou hommes/femmes d’affaires, qu’ils soient maîtres artistes ou chirurgiens, athlètes ou moines méditans, leur point commun (au moins dans une certaine mesure) est l’importance qu’ils accordent au fait d’avoir tout leur être totalement Présent lorsqu’ils sont en action. Attention toutefois, il est clair qu’un grand nombre de choses peuvent être accomplies en dehors de cet état très spécifique de Conscience. Ces choses ne seront alors simplement pas l’expression du plein potentiel de celui qui les réalise et, dans ce contexte, ne permettront pas de réelle évolution.

le Moment Présent est le seul “endroit/moment” dans lequel nous sommes libres

Introduction à la pleine conscience

En effet, le Moment Présent est le seul “endroit/moment” dans lequel nous sommes libres, libres vis-à-vis des pensées conditionnées qui règnent sur nos vies le reste du temps. Apprendre à être Présent signifie en fait revenir à la réalité, retirer les « lunettes » virtuelles et autres filtres que nous pouvons avoir et qui modifient notre perception de la réalité. Tout ce que nous faisons ou envisageons de faire, lorsque nous sommes dans un état autre que la Présence, est littéralement dirigé par nos conditionnements subconscients et inconscients. Le fait est que ces croyances et autres motivations ne peuvent que difficilement nous apporter le type de Paix à laquelle nous aspirons réellement, consciemment ou non. Il est par exemple souvent considéré comme important d’avoir un objectif, un but. Cependant, si les vraies motivations qui nourrissent ce but proviennent des parties non-conscientes de notre psychisme, elles nous mèneront presque certainement, tôt ou tard, à la déception, sous une forme ou une autre. Aussi étrange que cela puisse paraître au premier abord, cela revient à dire qu’il importe moins d’atteindre notre but, que d’être conscients de la RÉELLE motivation qui sous-tend cet objectif : le POURQUOI. La clarté et l’alignement sur le pourquoi “juste” vont apporter une énergie très différente à nos projets. Elle nous rendra spontanément, naturellement heureux, ici et maintenant. Il ne s’agit pas de l’enthousiasme superficiel qui dure un moment puis, la plupart du temps, nous ramène au point de départ ! Non, ici nous parlons d’une joie réelle, profonde, d’une vitalité qui vient de l’intérieur et qu’aucune circonstance extérieure ne semble pouvoir altérer.

ici nous parlons d’une joie réelle, profonde, d’une vitalité qui vient de l’intérieur et qu’aucune circonstance extérieure ne semble pouvoir altérer.

Alors, qu’appelons-nous réellement « être Présent » et comment pouvons-nous nous assurer que nous sommes Présent ? Existe-t-il des signes ou des “symptômes” fiables ?


Avant toute chose, soyons clairs : il existe différents niveaux de Présence : depuis le fait d’être simplement attentif à ce qui se passe à un instant précis dans notre environnement, d’être conscient de la subtile nature des choses au-delà de leurs apparences, jusqu’à accéder à d’autres niveaux de réalité, et plus encore… S’il y a de nombreux niveaux de Présence, encore plus nombreux sont les états de Conscience qui ressemblent à la Présence, et qui pourtant ne pourraient pas en être plus éloignés ! Avoir des visions ou d’autres perceptions extra-sensorielles, même effectives, ne signifie pas nécessairement que l’on soit Présent. Être capable de rester assis pendant des heures à méditer n’implique pas automatiquement un profond niveau de Présence non plus. Faire face aux difficultés de la vie en gardant une attitude stoïque, peut venir du fait d’être Présent, ou pas ! Cela pourrait tout aussi bien provenir d’une inversion psychologique massive, une forme d’auto-anesthésie !

 

De quoi s’agit-il alors ? Comme toujours dans les phénomènes de Conscience, seule l’expérience directe saura nous éclairer. Malgré cela, nous allons tenter de donner ici quelques lignes directrices claires. Comme nous l’avons évoqué plus haut, tout commence par le retour au moment Présent : être conscient de ce qui EST, Ici et Maintenant, quelles que soient les circonstances extérieures ou notre état intérieur. Il s’agit seulement de la partie émergée de l’iceberg. Le plus important est l’aspect suivant : Quelle relation entretenons-nous avec ce qui EST ? Une façon simple de savoir avec certitude où nous en sommes en termes de Présence est de prêter attention à ce qui se passe à l’intérieur de nous et à comment nous nous comportons quand les choses ne se passent pas comme nous le souhaitons.

Une façon simple de savoir avec certitude là où nous en sommes en termes de Présence est de prêter attention à ce qui se passe à l’intérieur de nous et à comment nous nous comportons quand les choses ne se déroulent pas comme nous le souhaitons.

La plupart d’entre nous sommes convaincus que la façon dont nous nous sentons est la conséquence directe de ce qui se passe dans notre vie quotidienne. Le fait de devenir plus Présent va nous permettre de commencer à faire évoluer cette perception, en déconnectant les événements de nos sentiments à leur sujet. En d’autres termes, nous commençons à réaliser que les mêmes événements pourraient susciter des réactions émotionnelles très différentes, d’une manière moins automatique. Nous devenons davantage conscients, et sommes presque spectateurs des mécanismes de réaction qui sont en jeu dans notre psyché. Cette distance, la conscience de cet espace intérieur, autour de nos pensées et de nos émotions, est un signe important prouvant que nous sommes sur la bonne voie. Cela nous rend moins réactifs, moins enclins à penser que nous devons défendre une opinion. Non que nous n’ayons plus d’opinion ! Celles-ci ne nous semblent simplement plus aussi importantes, et il se peut que nous soyons beaucoup plus conscients de leur nature transitoire. Les opinions vont et viennent, même les opinions « importantes ». Sans avoir besoin de modifier nos Valeurs en substance, nous pouvons les clarifier, les percevoir dans un nouveau contexte et finir par réaliser que ce que nous croyions être si important était en fait limité à la situation dans laquelle nous nous trouvions. Les choses peuvent en effet grandement évoluer dans le temps. Ceux qui ne passent pas par ce type de processus à un moment donné peuvent effectivement se retrouver coincés, avec peu d’espoir d’évolution ou de croissance.

paysage de Montagnes, en méditation

 

Cette capacité à Observer ce qui se passe et ce que nous en pensons ou ressentons, sans plonger dedans ni s’y attarder, constitue le premier grand changement, le premier grand bénéfice lié au fait d’être plus Présent : Nous sommes plus Libres. Nous sommes désormais moins figés dans certaines formes de comportements. Du fait de la Présence, notre posture vis-à-vis des situations de stress évolue naturellement depuis :

 

Réagir aux situations : Nous nous comportons essentiellement de façon automatique, conditionnée, avec peu ou pas de place pour le choix. Nous pouvons régulièrement nous entendre (ou entendre d’autres personnes) dire des choses comme : «Avez-vous vu ce qui s’est passé ? J’ai dû faire ceci ou cela, je le devais absolument ! »  ou « Quand quelqu’un fait ce genre de choses en face de moi, comment voulez-vous que je réagisse autrement ? » ou même, « Je ne sais pas ce qui m’a pris, je m’entendais dire ces choses, mais je ne pouvais pas m’en empêcher ».

 

vers :


Répondre à une situation : Il y a davantage d’espace, et nous sommes davantage conscients de ce qui se passe à l’intérieur de nous. À tel point que nous avons même l’impression de pouvoir choisir de réagir d’une certaine manière. Cela peut encore exiger un certain effort, mais il y a indéniablement plus de liberté de choix quant à la façon dont nous agissons et donc, en fin de compte, quant à la façon dont nous ressentons les choses. Cette étape peut évoluer vers un état d’esprit beaucoup plus équilibré et détendu par rapport aux événements et aux situations.

à enfin :

 

Agir de manière appropriée : Libre de tout sentiment négatif au sujet de la situation, nous sommes beaucoup plus en mesure de choisir d’agir par rapport à cette situation, ou pas. Il arrive que la meilleure façon d’agir soit de ne rien faire, physiquement ou mentalement, par rapport à la situation. Celle étape diffère de la précédente de par notre niveau de conscience et de liberté émotionnelle par rapport aux situations. Il ne faut pas confondre cela avec la froideur ou d’autres états de «sentiments réprimés» qui ne seraient autres que des formes d’Inversion Psychologique. Cela ne veut pas dire être détaché de la situation, mais plutôt être non-attaché à la signification accordée à celle-ci, à un résultat, etc… Bien que cela puisse sembler être un état supérieur de Conscience, et il s’agit bien de cela, nous sommes tous susceptibles d’en avoir fait l’expérience à un moment donné. Par exemple lorsque confrontés à une situation spécifique nous avons, spontanément, « su » exactement quoi faire, au moment idéal et que nos actions se sont enchaînées de façon fluide, parfaite, comme par enchantement.

 

Même si nos réactions sont automatiques, nous pouvons nous entraîner afin qu’elles deviennent de plus en plus cohérentes avec nos aspirations profondes. Ceci peut s’avérer particulièrement utile pour atteindre nos objectifs et apprendre des compétences nouvelles. Toutefois, aussi satisfaisants que les résultats puissent être, nous sommes encore loin du genre de liberté intérieure liée à un accomplissement personnel réel et durable. Être capable de réagir avec de plus en plus de clarté nous libère progressivement de la dépendance à nos conditionnements passés et, ce faisant, nous aide à apporter plus de Conscience et plus de Force Vitale à notre expérience de vie. Mais ce n’est que lorsque nous sommes libérés de toute réaction automatique, dépourvus de toute négativité ou d’attachement vis-à-vis des situations et des événements, vraiment libres d’agir ou non avec une véritable équanimité, que nous commençons à expérimenter de quoi il s’agit véritablement.

Avec plus de liberté émotionnelle, il y a fondamentalement plus de Vie qui coule dans nos vies.

Avec plus de liberté émotionnelle, il y a fondamentalement plus de Vie qui coule dans nos vies. La vivacité, la créativité authentique, les événements favorables qui arrivent juste au bon moment, … de nombreux “bénéfices secondaires” sont maintenant libres de se manifester dans notre expérience, beaucoup plus abondamment. La clé cependant est de ne pas y voir un moyen d’arriver à ses fins. Ce serait alors simplement une autre pensée parasite dont il nous faudra également nous détacher. Nous sommes Présents seulement dans l’intérêt de l’Être. Tout le reste y est ajouté spontanément. La joie intérieure profonde, la vitalité émergente et la créativité authentique sont des manifestations réelles de Présence. Beaucoup s’efforcent de manifester ces dernières sans réellement connaître leur source naturelle. C’est la « méthode Coué » et autres approches de la pensée positive. Non pas qu’il y ait quelque chose de mal à cela. Cela peut même être utile et produire de bons résultats, dans une certaine mesure. Pourtant, ce n’est rien comparé à ce qu’il se passe spontanément lorsque l’on est Présent et que l’on s’attache réellement à approfondir cette Présence. L’approche de la pensée positive peut alors sembler s’apparenter au fait de tirer dans le noir à plusieurs reprises en espérant toucher la cible à un moment donné. Encore une fois, elle peut produire certains résultats, mais elle ne génère qu’un changement limité dans le niveau de conscience. Être pleinement Présent, Observer et Laisser les choses être et évoluer spontanément, en revanche, c’est comme laisser le soleil illuminer notre intérieur en ouvrant simplement les fenêtres.


La joie intérieure profonde, la vitalité émergente et la créativité authentique sont des manifestations réelles de Présence.

 

L’image d’un GPS pourrait également nous aider ici. En effet, afin d’être vraiment utile, le GPS doit d’abord localiser notre position aussi précisément que possible: Savoir où nous sommes, maintenant. Il peut alors prendre en compte nos instructions pour nous guider jusqu’à la destination choisie. Il est intéressant de noter que la principale caractéristique du GPS est qu’il est en mesure de «savoir» où sont les choses à un instant précis. Sa distance de la terre et sa capacité à se focaliser sur n’importe quel point à sa surface, lui en donnent la possibilité. Le GPS ne peut nous donner que des informations relatives à ce qui est, Maintenant. Il n’essaie jamais de prédire l’avenir ni ne s’attarde sur le passé. Il prend en compte toutes les informations disponibles et conçoit le meilleur itinéraire pour relier deux points. Si les choses changent en cours de route, le GPS réévaluera automatiquement la situation et proposera une nouvelle ligne de conduite. La métaphore va même plus loin. Peu importe combien de fois nous sortons du chemin proposé : il continuera à réévaluer et à proposer un nouvel itinéraire optimal. Il n’y a aucun jugement ni aucune critique, pas de “combien de fois dois-je vous dire que …?” Il voit simplement les choses telles qu’elles sont maintenant, s’adapte et définit le meilleur plan d’action, Maintenant ! Bien entendu, le GPS n’est qu’une machine et je ne suggère pas que nous nous efforcions d’agir comme des machines ! En aucun cas. Certains considèrent que le point commun de nos technologies est (souvent non consciemment) d’imiter des caractéristiques humaines naturelles. Ce type de raisonnement amènerait par exemple à considérer le téléphone, la télévision ou Internet comme des reflets de notre télépathie naturelle. Le travail de certains scientifiques comme le biologiste britannique Rupert Sheldrake est très intéressant à cet égard. Notre but ici est de l’utiliser comme une hypothèse de travail : si en effet, nous créons des technologies qui imitent ou amplifient nos aptitudes naturelles, comment pouvons-nous y accéder directement, en nous tournant vers l’intérieur ?

si en effet, nous créons des technologies qui imitent ou amplifient nos aptitudes naturelles, comment pouvons-nous y accéder directement, en nous tournant vers l’intérieur ?

De nombreuses démarches permettant d’atteindre une telle liberté se sont avérées être efficaces. Littéralement n’importe quel aspect de notre vie pourrait être utilisé pour apporter plus de Présence dans notre expérience. Une démarche assez simple et vraiment efficace consiste à se concentrer sur ce qui a été mentionné plus haut : Comment nous  comportons-nous face à des situations difficiles ou désagréables? Cette démarche pourrait être décrite comme suit :

 

1- Quand quelque chose nous arrive qui ne nous convient pas, il nous faut commencer par accepter de regarder la situation telle qu’elle est. Cela ne veut pas dire de s’y résigner, pas du tout. Cela signifie qu’il faut d’abord accepter de prendre la pleine mesure de ce qui est, sans résistance, et sans vouloir immédiatement se précipiter pour tenter de changer les choses. Cela signifie accepter d’abord d’en prendre conscience, en se concentrant autant que possible sur les faits, sans les juger, les catégoriser ni essayer de les comprendre ou de les justifier. C’est aussi être conscient de toute réaction, pensée ou émotion se manifestant à l’intérieur de nous par rapport à la situation.


2-  Autant que possible, éliminer toute négativité. Ici, certaines pratiques énergétiques et autres techniques de libération émotionnelle peuvent s’avérer très utiles. Une grande variété de techniques vraiment efficaces existent et sont disponibles de nos jours. Celles-ci vont de l’utilisation de points d’acupuncture, comme la TFT (Thought Field Therapy), l’utilisation de sons, de couleurs, de mouvements ou de postures, de la respiration, ou tout simplement à travers l’Observation de ce que l’on ressent… C’est un sujet vaste et les possibilités sont nombreuses et réellement efficaces. Toutes les informations disponibles ne sont néanmoins pas nécessairement fiables. Il faudra faire preuve de beaucoup de discernement. C’est en effet un thème qui mérite notre attention.

 

3- Ce n’est qu’après que la deuxième étape ait été réalisée avec succès que nous pourrons Choisir consciemment. Nous pourrons alors décider de partir, c’est à dire de nous éloigner, de quitter la situation, d’agir pour la changer si cela est possible et pertinent, ou tout simplement de l’accepter pleinement à cent pour cent.

 

Plongeur dans un lac

 

À première vue, cette approche pourrait sembler un peu curieuse. C’est en effet un processus très différent de ce à quoi nous pouvons être habitués. Pourtant, sa pertinence nous apparaîtra très vite en commençant à nous exercer sur des situations très simples, sans grand enjeu, pour progressivement aller vers des scénarios plus complexes. La clé ici est évidemment de procéder progressivement. Il est probable que nous échouerions si nous commencions par un défi trop grand, sans la préparation adéquate. Cependant, en procédant correctement, sans forcer, avec constance, en écoutant et en nous adaptant à nos propres sensations, le fait de suivre ce simple protocole pourrait produire des résultats tout à fait surprenants.

Le stress et les défis peuvent en effet être des déclencheurs de progrès et de changements positifs. Ou ils peuvent faire exactement le contraire et précipiter le déclin.

Le stress et les défis peuvent en effet être des déclencheurs de progrès et de changements positifs. Ou ils peuvent faire exactement le contraire et précipiter le déclin. Ceci est un point très important. Il est presque inévitable que le stress et les défis surgissent à un moment ou à un autre de notre existence. Il n’existe guère de façon de les éviter complètement. Nous gagnerions certainement à apprendre à les aborder de manière constructive. Dans ces circonstances, le fait de procéder lentement, de s’adapter, d’improviser parfois et surtout de persévérer, persévérer, persévérer… se révéleront des atouts inestimables.

Le travail d’Eckhart Tolle et ses deux livres principaux «Le Pouvoir du Moment Présent» et «Nouvelle Terre» peuvent également être de bonnes sources pour quiconque souhaite approfondir sa compréhension du sujet.

Les produits associés à cet article

[amazon_link asins=’2290020206,2896260072,2290020214′ template=’ProductAd’ store=’Lesartvit-21′ marketplace=’FR’ link_id=’8bc910a6-14b7-11e7-ab1f-1f2070d42e0f’]
  • Albin dit :

    Bravo pour cet article plein de sens. Je me retrouve totalement dans cette synthèse des divers enseignements auxquels je me suis intéressé. Je comprends, ou mieux, je sens, que l’essence même, le point commun qui fait la différence, est vraiment cette qualité de présence dans l’instant.
    Merci à vous, et vivement la suite !

  • >