surfeur

L’Échelle des Niveaux de Conscience – Partie 2

Une véritable Échelle de Niveaux de Conscience est un atout précieux pour toute personne cherchant sérieusement à évoluer et à améliorer sa situation de vie. Comme indiqué précédemment, le postulat de départ de cette série d’articles est que: ” La Conscience est au centre de tout “. Dit autrement : “ La Conscience est à la fois ce à travers quoi nous faisons l’expérience des choses et, en réalité, l’élément principal créant cette expérience. ”

 

Dans la première partie de cet article, nous avons présenté une Échelle de Niveaux de Conscience. Cette libre adaptation / interprétation de l’échelle du Dr David Hawkins (Pouvoir contre forcePower Vs ForceTranscending the Levels of Consciousness) décrit six catégories ou gammes de Niveaux de Conscience, organisées en trois secteurs :

 

  • Secteur A : La Souffrance
    • 1. La Soumission (Souffrance soumise, avec peu ou pas d’espoir d’amélioration)
    • 2. La Survie (Souffrance Réactive, avec le stress comme source essentielle de motivation)
  • Secteur B : La Croissance
    • 3. La Réparation (Les processus de guérison, d’apprentissage et toutes les manifestations positives débutent ici, avec le Courage et l’Intégrité)
    • 4. La Contribution (Davantage de fluidité et d’adaptabilité positive, davantage de compréhension et d’harmonie vis-à-vis des lois naturelles).
  • Secteur C : La Paix
    • 5 et 6.  La Libération et l’Illumination (une transformation radicale de la notion de  “Soi” intervient ici. Nous sommes au-delà de la pensée linéaire, c’est le lieu de la véritable Liberté , au-delà des mots, au-delà de toute description).

 

Tout commence par le fait d’être conscient de l’endroit où nous nous trouvons en termes de Niveau de Conscience, à tout moment, quelque soit la situation.

 

Maintenant, voyons pourquoi tout cela est si important et comment en faire usage concrètement. Comme tout voyage, le chemin de l’évolution débute par le fait de savoir d’où nous partons, où nous nous situons maintenant. Avant d’être en mesure de progresser, il est en effet nécessaire de savoir où nous en sommes. Autrement dit, tout commence par le fait d’être conscient de l’endroit où nous nous trouvons en termes de Niveau de Conscience, à tout moment, quelque soit la situation.

À cet égard, les éléments clés de chaque catégorie – donnés dans la première partie de cet article – pourront nous être d’une grande aide.

 

Par exemple, dans une situation difficile, nous pourrions explorer comment nous nous sentons : cette situation est-elle écrasante, nous sentons-nous impuissant, dans l’incapacité de savoir quoi faire par rapport à celle-ci ? Ceci correspondrait clairement un état de Conscience de catégorie 1, «souffrance soumise». Sommes-nous plus anxieux, stressés, apeurés ou en colère? Cela correspondrait à un état mental de catégorie 2 : «souffrance réactive». Avons-nous véritablement la sensation de pouvoir surmonter cette situation, malgré le défi réel qu’elle pose, et au-delà de la peur éventuelle ? Cela pourrait être une catégorie 3 avec un courage authentique.

 

Nous voyons ici pourquoi tant de méthodes de coaching et de développement personnel insistent sur un mantra de type “Vous pouvez le faire!”. Bien que nombre de ces coaches n’aient peut-être jamais entendu parler d’Échelle de Conscience, ils essaient tous de s’assurer que leurs clients auront le niveau minimal de puissance naturelle pour faire face. En répétant inlassablement ce mantra, ils construisent un système de protection et de renfort dans leur psychisme. Ce type de programmation positive est particulièrement utile dans les Niveaux inférieurs de Conscience, car plus on s’élève dans l’échelle, moins il y a de programmation, positive ou négative. Une autre approche courante est de « faire semblant » ! Cette approche peut effectivement être utile à certains, si elle leur permet de se mettre réellement « dans l’état d’esprit » de ce qu’ils prétendent. S’ils ne font que prétendre sans véritablement « ressentir », cela peut en réalité se retourner contre eux et ils se retrouveront alors avec encore moins de  confiance en eux-mêmes qu’au départ. C’est un jeu délicat.

 

Une fois notre position actuelle correctement déterminée, si nous souhaitons nous sentir différemment, la clé est de trouver parmi les niveaux supérieurs de l’échelle, celui qui va nous donner la fréquence dont nous avons besoin pour effectuer le changement.


Supposons que nous ayons quelque chose à faire. Nous avons différé cette action pendant un certain temps ; nous nous en sommes sentis coupables et ne savons pas vraiment comment aborder cette tâche. Il y a de fortes chances pour que nous soyons en réalité dans la première catégorie (souffrance soumise). Le fait d’être bloqué, de ne pas savoir quoi faire tout en culpabilisant, sont des signes qui ne trompent pas. Donc, pour sortir de cette situation, nous pourrions utiliser une forme de stress : le fait de faire des listes, de se fixer des délais, ou encore le fait d’avoir des partenaires vis-à-vis desquels nous devons rendre des comptes, sont autant de techniques utilisées à cette fin. Ces différents types de stress peuvent être perçus comme positifs. Ils nous aident à monter notre Niveau de Conscience, à nous sentir mieux vis-à-vis de la situation. Le sentiment de bien-être, associé au fait de s’élever dans l’échelle, est dû au fait que plus nous montons dans les Niveaux de Conscience, plus l’énergie vitale que nous avons à notre disposition augmente. D’où ce qui pourrait ressembler à un paradoxe : nous sommes plus détendus, et pourtant nous réussissons à accomplir plus de choses. Le fait d’avoir une structure nous aide à concentrer et à canaliser notre énergie, et dans le même temps cette structure est une forme de stress qui, dans une certaine mesure, est un stress positif, parfois nécessaire.

 

 Le sentiment de bien-être, associé au fait de s’élever dans l’échelle, est dû au fait que plus nous montons dans les Niveaux de Conscience, plus l’énergie vitale que nous avons à notre disposition augmente.

 

Pourtant, l’organisation, la planification et l’obligation de rendre compte de nos réalisations ne sont pas toujours suffisants. Il arrive que ces techniques ne soient d’absolument aucune aide. Cela signifie simplement que nous avons besoin de plus d’énergie pour nous aider à décoller d’où nous nous trouvons en ce moment. Le stress étant une énergie de la catégorie 2 des Niveaux de Conscience, il faudra peut-être chercher la solution sur un échelon supérieur de l’échelle. Nous devrons chercher une énergie qui relève de la catégorie 3), de la catégorie 4) ou un type d’énergie encore plus élevé. Voyons à quoi cela pourrait ressembler.

 

Types d’énergie de la 2e catégorie :

Encore une fois, les types d’énergie de cette catégorie les plus couramment utilisés sont les délais, les personnes auxquelles nous devons rendre compte de nos progrès, mais aussi les peurs de toutes sortes (peur des conséquences de l’inaction,  de manquer, la sensation d’urgence, …). Le stress est roi. Au-delà de l’utilisation positive du stress, celui-ci a été largement utilisé comme un outil de manipulation. C’est le terrain du marketing de masse et des multiples méthodes “ d’aide à la prise de décision “. Ils s’assurent généralement que leur cible se sente mal à l’aise vis-à-vis d’un problème particulier – c’est-à-dire qu’elle est à un très faible Niveau de Conscience (catégorie 1) par rapport au sujet – puis ils utilisent une certaine forme de stress pour déclencher un mécanisme de survie et donc une prise de décision et idéalement une action immédiate. Il est très intéressant d’observer ce mécanisme à l’oeuvre. Il est également intéressant de noter qu’une fois que nous en sommes conscients, ce mécanisme aura plus de mal à fonctionner. En tout cas tant que nous en restons conscients.

 

Types d’énergie de la 3e catégorie :

Clarifier nos propres valeurs et aligner nos choix et nos actions avec celles-ci (Intégrité) ; trouver quelque chose de plus grand que soi à quoi contribuer (cela peut être aussi simple que le fait d’aider quelqu’un) ; trouver une personne à laquelle nous pouvons facilement nous identifier et qui a maîtrisé la résolution de ce genre de situation pour nous en inspirer ; nous concentrer sur les choses avec lesquelles nous sommes déjà à l’aise et pour lesquelles nous pouvons donc sincèrement affirmer « Je peux le faire ! »… Le fait de nous focaliser sur des victoires certaines développe ce niveau vibratoire en nous. Tel un exercice de “ musculation ”, ceci nous facilitera ensuite la tâche face à des missions plus difficiles. Si cela ne semble pas fonctionner non plus, ou avant que ce type d’énergie puisse fonctionner, il se peut que nous ayons besoin d’aller encore plus haut dans l’échelle !

Le fait de nous focaliser sur des victoires certaines développe ce niveau vibratoire en nous.

Types d’énergie de la 4e catégorie :

Apprendre à mieux se connaître, à mieux comprendre nosurfeurtre “ câblage ” naturel, nos tendances, nos forces et nos faiblesses. Nous pouvons aussi recueillir des informations au sujet de la tâche à accomplir, sur son fonctionnement et ce qui peut l’influencer, apprendre quelles sont les lois naturelles qui entrent en jeu, … Tout ceci peut nous aider à  « suivre le flux naturel » des choses telles qu’elles se produisent … Une image parfaite pour illustrer cette mentalité est l’image du surfeur. Le surfeur n’a absolument aucun contrôle sur la vague. Il choisit sa planche, choisit d’entrer dans l’eau, puis attend la vague sur laquelle il choisira de surfer. Une fois sur la vague, son contrôle actif est axé sur le fait de rester à l’équilibre sur la planche, tout en s’adaptant aux courants pour glisser jusque là où il a décidé d’aller. Quand un surfeur a atteint un certain niveau de compétence, il peut même y ajouter quelques acrobaties ! C’est une allégorie parfaite pour illustrer la façon dont nous pouvons aborder une tâche ou un défi dans cette catégorie.

 

  Le surfeur n’a absolument aucun contrôle sur la vague. Il choisit sa planche, choisit d’entrer dans l’eau, puis attend la vague sur laquelle il choisira de surfer. Une fois sur la vague, son contrôle actif est axé sur le fait de rester à l’équilibre sur la planche, tout en s’adaptant aux courants.

 

Types d’énergie des catégories 5 et 6 : 

Ici, l’effet de levier peut le plus souvent être activé en s’exposant à des personnes, des situations, des circonstances et aux autres sources de stimulation qui vibrent à ces niveaux de conscience. Il peut s’agir d’une œuvre d’art qui vibre à des Niveaux élevés de Conscience. Certaines musiques, peintures ou sculptures peuvent vraiment avoir un effet profond sur notre psychisme. Une fois que nous nous sommes élevés dans l’échelle, nous pouvons être plus ouverts à l’inspiration pour ce qui concerne notre propre situation et donc être en mesure de trouver de nouvelles ressources, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de soi. Cela peut aussi passer par le fait d’écouter une personne spirituelle inspirante ou de s’entourer de personnes réellement aimantes et désintéressées. Le fait de passer du temps dans la nature peut quelques fois aussi faire l’affaire. Étant ici dans le domaine de la pensée non linéaire, il n’est pas toujours facile de faire une connexion directe entre l’effet de ces énergies et ce qui nous préoccupe concrètement. Ces énergies agissent en effet dans un cadre plus large, et leurs bénéfices dépassent largement la simple résolution de notre dilemme actuel.

Certaines musiques, peintures ou sculptures peuvent vraiment avoir un effet profond sur notre psychisme.

La clé ici est qu’il existe une sorte de « zone cible » : il y a un niveau d’énergie, un niveau de conscience qui facilitera nettement, pour cette situation spécifique, notre évolution vers le succès.

Nous devons trouver dans les niveaux de conscience au dessus de celui dans lequel nous nous trouvons actuellement, ce qui nous donnera, le plus naturellement, l’énergie, la motivation, la clarté dont nous avons besoin. Cette véritable ” clé ” permettra de débloquer la situation, d’amorcer le changement. Il est par ailleurs très courant, une fois que le progrès a commencé, d’utiliser ensuite des énergies provenant de différents Niveaux de Conscience. Un mélange de stress et d’intégrité pourrait être la première clé, par exemple sous la forme du partenaire auquel nous devons rendre des comptes : d’une part, devoir rendre compte suppose de devoir respecter des délais et implique donc une forme de stress (éventuellement positif) et, d’autre part, aller au bout d’une tâche et honorer un engagement contribue indéniablement à construire l’intégrité. Nous pourrions alors nous sentir plus confiants et détendus pour nous ouvrir à ce que sont nos valeurs réelles. Nous en tirerons une énergie et une clarté certaine. Ou encore, nous pourrions être attirés vers de nouvelles sources d’informations qui nous ouvriront à de nouvelles façons d’aborder la situation. Une nouvelle compréhension de nous-mêmes ou de la situation pourrait aussi nous donner l’énergie nécessaire pour véritablement commencer à travailler avec un mentor. Le point critique ici est d’être ouvert, à l’écoute, d’Agir en conséquence et bien sûr de “ corriger le tir ” aussi souvent que nécessaire.

 

Voici donc ce à quoi ce cycle d’évolution pourrait ressembler :

  1. Évaluer notre Niveau de Conscience actuel,
  2. Trouver, dans les Niveaux de Conscience supérieurs, quelque chose qui nous porte naturellement,
  3. Agir en conséquence,
  4. Évaluer les résultats, et
  5. recommencer au début du cycle.

 

Il n’y a pas véritablement de linéarité dans l’utilisation de l’échelle. Nous pourrions passer d’un Niveau de Conscience de catégorie 1 à une catégorie 2, ou directement d’un niveau 1 à un niveau 4 ou 6 : il n’y a pas de règle fixe. Seule la réalité de chaque situation nous dictera quoi faire. D’autre part, si nous essayons simplement d’utiliser le niveau d’énergie le plus élevé ou « celui qui a fonctionné la dernière fois », ce dernier peut ne pas fonctionner du tout, et ceci ajoutera du découragement à une situation déjà difficile.

 


Il ne s’agit pas de différencier les choses en “ bonnes ou mauvaises “. Il n’y a absolument aucun jugement, il s’agit juste de trouver ce qui est approprié, maintenant. Il s’agit de savoir ce qui va nous aider à remonter vers un meilleur état de Conscience. Pour illustrer (et simplifier) nous pourrions dire que selon l’Échelle des Niveaux de Conscience : La peur est “ préférable ” à la honte, ou encore qu’il vaut mieux être en colère que d’avoir peur, et ainsi de suite … L’essentiel est de monter en Niveau de Conscience. Alors, de ce point de vue, la colère est-elle bonne ou mauvaise ? Elle n’est ni l’une ni l’autre.

 

Reconnaître la catégorie de Niveaux de Conscience dans lequel nous sommes à un moment donné. Puis focaliser son attention sur quelque chose qui vibre à un Niveau de Conscience plus élevé que celui dans lequel nous nous trouvons actuellement pour faciliter le retour à plus de Conscience, plus de VIE. Ceci fonctionne pour peu que l’on choisisse de focaliser notre attention sur ce avec quoi nous nous sentons le plus naturellement en affinité. Telle est la méthode présentée ici.

 

Il ne faut cependant pas oublier qu’en-dessous de la catégorie 3, l’utilisation de ces énergies va encore épuiser notre force vitale. Donc, si nous voulons utiliser une énergie qui renforce le stress (par exemple), nous devrions le faire pour une période de temps aussi courte que possible. Nous pouvons utiliser tout ce qui est susceptible de nous aider, mais nous devons veiller à le faire de manière consciente. Et gardons toujours à l’esprit que chaque situation est unique. Donc, nous devrions toujours être prêts à nous adapter sans idées préconçues.

 

Il peut également être utile d’envisager à l’avance différentes possibilités de scénario, différentes activités, musiques, images et autres sources de stimulation qui vibre au niveaux des différentes catégories de l’échelle. Nous pourrions donc établir notre propre liste des choses que nous pouvons faire, ou sur lesquelles nous pouvons nous focaliser, lorsque nous sommes face  à une difficulté. Les trier pour les placer sur l’Échelle des Niveaux de Conscience pourrait se révéler très précieux le moment venu.

 

violon

En se familiarisant avec l’Échelle de Conscience, il deviendra de plus en plus facile de savoir où nous en sommes face à n’importe quelle situation et à n’importe quel moment. L’idée est que le fait de localiser notre Niveau de Conscience devienne une habitude quelle que soit l’activité qui nous occupe : au travail, dans une conversation amicale, en écoutant de la musique, ou lorsque nous observons notre environnement, … Quel est votre Niveau de Conscience quand vous sortez avec cet ami ? Est-ce toujours le même ? Comment vous sentez-vous lorsque vous pensez à vos rêves, vos projets, à votre famille?

Soyons très clairs : le but de cet article n’est pas de fournir des outils pour déterminer le Niveau de Conscience d’autres personnes, ni d’ailleurs de commencer à catégoriser des situations ou des objets. Il s’agit d’une toute autre entreprise, associée à un savoir faire différent qui devra d’abord être  maîtrisé. L’objectif ici est de nous permettre de devenir plus conscients de nos propres Niveaux de Conscience, quel que soit le contexte :  lorsque nous sommes seuls, dans une situation ou une relation particulière, …

 

Nous devrons peut-être aller  un peu (ou beaucoup) plus en profondeur car nos émotions, la manière dont nous nous sentons, ne sont pas toujours très simples à cerner. Il est possible que nous fassions simultanément l’expérience de sentiments différents, voir même contradictoires. Une façon de procéder consiste à apprendre à les reconnaître un par un et à les localiser sur l’Échelle simplifiée de la Conscience. Cela nous servira de point de repère pour mieux appréhender ce qui se passe dans notre psychisme et en conséquence nous permettra de mieux comprendre pourquoi nous obtenons tel ou tel résultat dans différents domaines de notre vie. Un élément important à noter est que bien souvent, les apparences extérieures ne suffisent pas pour identifier notre Niveau de Conscience :

 

Pour l’ignorant, rien ne ressemble plus à un lâche qu’un sage.

 

L’absence d’action, par exemple, peut se produire au niveau de « l’apathie », de la « peur », mais aussi de « l’acceptation » ! Pourtant, il y a un univers de différences entre ces trois vibrations et donc entre les résultats qu’elles produisent. Ainsi, il sera peut-être nécessaire d’approfondir notre capacité à Observer, à porter notre attention à l’intérieur de nous-mêmes.

 

Les exercices décrits dans les articles précédents peuvent également nous être d’une grande aide ici. S’entraîner à reconnaître systématiquement OÙ apparaît dans notre corps la première sensation physique lorsque l’on pense à quelque chose, lorsque l’on observe un objet ou que l’on envisage de prendre telle ou telle décision, facilitera indéniablement la conscience générale de ce que nous ressentons dans chaque situation. Le fait d’Observer, sans commentaire ni jugement, est le « secret ». Il s’agit de prêter attention, de reconnaître et d’accepter la manière dont nous nous sentons AVANT d’essayer de faire quoi que ce soit à ce sujet ! Ce niveau de non-attachement est ce qui nous donnera la capacité de voir les choses suffisamment clairement, et à terme d’avoir le pouvoir réel de changer les choses pour le meilleurs.

 

Encore une fois, si nous localisons les notions « d’acceptation » et de « non-attachement  » sur l’Échelle, il apparaît immédiatement que ceux-ci correspondent à des Niveaux de Conscience relativement élevés. Comme nous l’avons vu au sujet de la température corporelle, ceci illustre le fait qu’il y a un niveau minimum de conscience requis pour tout ce que nous souhaitons accomplir. Il existe de véritables Technologies de la Conscience qui nous aideront à déterminer ces Niveaux avec une grande précision. Nous en parlerons dans des articles ultérieurs. Pour l’instant, notre objectif est de devenir plus conscients de nos états intérieurs, et de nous familiariser avec les Niveaux de Conscience correspondants. Faire cela tous les jours, de façon assidue, sur une période de trois mois, nous permettra d’accroître considérablement la conscience et le contrôle que nous avons de nos expériences. Encore une fois, ceci ne peut être décrit par des mots. Faisons-en d’abord l’expérience et nous pourrons en discuter autant que nous le souhaiterons, car c’est seulement après l’avoir expérimenté que nous en aurons compris le sens.

 

cerf

 

Il est certainement évident qu’il ne s’agit ici que d’une introduction aux Niveaux de Conscience et à leurs implications. Il y aurait tant d’autres choses à aborder avant d’atteindre le cœur du sujet. Comme indiqué dans la première partie de cet article, le travail du Dr David Hawkins est une source précieuse d’informations sur le sujet. Toutefois, ceux qui ont lu ou liront « Pouvoir contre Force»  et « Transcending the Levels of Consciousness » noteront des différences et des nuances entre l’approche Dr Hawkins et ce qui est présenté dans ces articles. C’est là une opportunité pour développer une autre compétence importante : le discernement.

Les produits associés à l’article :

Pouvoir contre forcePower Vs ForceTranscending the Levels of Consciousness

  • Albin dit :

    Comme le fait de chercher le Niveau de Conscience dans lequel je suis actuellement (de façon à trouver quelque chose pour aller dans un Niveau supérieur) demande de prendre du recul et d’entrer en mode Observation, ce simple fait me permet donc d’augmenter grandement ma présence.
    C’est vraiment très puissant.
    Merci, car concrètement ces prises de consciences m’aident TOUS LES JOURS.
    Albin

  • >